j'erre à travers mon beau paris

Antiguide de la ville

 

 

 

 

Serveur d'images, de souvenirs et de réflexions
surgis au hasard des rues

  • plume
  • monogramme

  • Choses vues sur les chemins des rencontres fortuites


  • Bibliothèque
  • Polidor
  • Pavillon
  • Route de la Révolte
  • Cheval
  • Ancien atelier
  • Bourse
  • Au Ciboire
  • Ornières
  • Visconti
  • Luxembourg
  • Visage
  • Théâtre
  • Pierre pensive
  • Feretgravas
  • Blanca
  • Archives
  • Bichat
  • Rue
  • Palis
  • Vitrail
  • Femme sans teste
  • Immeuble
  • Entrée
  • Groom
  • Villa
  • Affiche
  • Franklin
  • Jarry
  • Radio
  • Rue
  • Canal
  • Quinzaine
  • Ambassade
  • Spectacle
  • Parloir
  • Monde
  • Escalier, passage Trébert, 17e arrondissement
  • Ambassade des Érats-Unis
  • Comédie française
  • Maison de la radio
  • Grand hôtel
  • François Cheng
  • Un coup de Dés
  • Tour de l'Hologe
  • Tagligraphie
  • Borne
  • Borne
  • Paribas
  • Toits
  • Fils du métro
  • Apollinaire
  • Particules
  • Notes
  • Foire
  • Canon
  • Ménilmontant
  • Fleurs

  • Sur votre clavier, sur votre écran, vos doigts se métamorphosent. Les voici devenus vos jambes courant sur les pavés et sur les asphaltes de Paris. Vosphalanges terminales sont désormais vos talons résonnant dans la ville. Vousêtes conduit, page après page dans cette autre ville. Vos yeux s'imprègnent des images et des mots. À la façon de vos pieds, quand ils aspirent l'esprit de la ville, celui qui s'évapore des trottoirs.

    Le nez au vent, vous laisserez votre esprit recevoir les images innombrables des paysages, effets d'un art multiséculaire.



    Au rythme de ces pas doubles, les impressions vous sillonnent vers le cœur, où elles déclenchent des divagations… capitales.



    Vous allez et vous venez au cœur d'une multitude de réseaux. Les rues, et les lignes de bus, les câbles électriques et téléphoniques, les boyaux du métro et des égouts, les fils d'Ariane qu'ont laissés les amantes, les amis devenus et ceux qui sont partis. Tout s'entremêle et se superpose dans votre cerveau. Tout se confond parfois, dans votre esprit enivré par des scènes extérieures, si justement en harmonie vibrante avec son théâtre intime.



    Tout ce qui vous est arrivé peut revenir à vous.
    Les incidents de votre vie se combinent
    aux coïncidents du parcours.
    Dans l'incessant monologue intérieur qui anime votre esprit,
    ces spectacles et ces décors
    rencontrés le long des rues et des nuits,
    les vestiges d'une autre vie,
    celle de la ville, recomposent un passé émouvant.



    Selon les aléas qui guident vos pas dans la ville,
    des horizons inattendus se dessinent dans votre mémoire, vous l'arpenteur, à chaque nouveau paysage.

    Vous entrerez ici dans un labyrinthe.Vous naviguerez en sûreté dans cette capitale de la sérendipitémais parfois vous verrez que…

     

     

    … « ici le chemin se perd ».


    janvier 1948 - janvier 2019 - septembre 2019