Pour qui prends-tu les espions ?

Espions

Pour qui prends-tu les espions ? Pour des prêtres, des saints, des martyrs ? Non ! C’est un minable défilé d’imbéciles vaniteux, de traîtres aussi, oui ; de pédés, de sadiques, d’ivrognes, de types qui s’amusent à jouer aux cow-boys et aux Indiens pour mettre un peu de sel dans leur triste existence. Tu les imagines assis en rond à Londres, comme des moines dans leur chapelle, en train de soupeser le Bien et le Mal ? 

John le Carré 

L’espion qui venait du froid 

(The spy who came in from the cold) 

1963 

p. 300 de l’édition Folio 

(Traduit de l’anglais par Marcel Duhamel et Henri Robillot)

(Le protagoniste qui parle est Leamas.)