ciboirei
ciboireii

Et puis un jour dans une vitrine des galeries du Palais Royal, on aperçoit une antique facture. On vérifie alors que les adresses des gens, des ateliers et des magasins ont eu des formes plus imagées, plus analogiques que les actuels codes postaux normalisés. 

On découvre même que la manière de nommer les lieux rapproche Paris de Tokio ou encore du Kyôto du XVIIe siècle.

Le Ciboire d’Or était installé dans un endroit désigné comme « Pont Notre-Dame, vis-à-vis la Pompe », qui est devenu « quay Le Pelletier, n° 42 ».

La Ville de Paris donne des précisions : 
« L’arr. du 2 avril 1868, réunissait le quai Le Pelletier au quai de Gesvres. Le quai Le Pelletier était situé entre la place de l’Hôtel de Ville et la rue Saint-Martin. Créé en 1675 en vertu d’un arrêt du Conseil du 15 juillet 1673, il a porté le nom de quai Neuf, quai de la Tannerie ou Pelletier, puis quai Le Pelletier. Le quai de Gesvres, situé entre la rue Saint-Martin et la place du Châtelet, construit en vertu de lettres patentes de février 1642 et du 30 août 1642, a été élargi en 1786 par démolition de maisons qui le séparaient de la rue de Gesvres. »